Quelque soit la terminologie employée contre-ténor, haute-contre, falsettiste ou sopraniste, le résultat est divin telle cette interprétation de "Lascia ch'io pianga" de Haendel par Philippe Jaroussky :

Si vous voulez en savoir plus sur les artistes majeurs représentant cet art lyrique, leurs techniques de chant comme, par exemple, celle dite de la voix de tête ou découvrir leurs actualités discographiques et leurs prochains concerts, surfez sur le site : contre-ténor.net

 

Vous trouverez également un historique relaté par Peter Giles intitulé : les Contre-ténors : mythes et réalités. Une mythologie ancrée par les fameux "castrats" et notamment le plus connu d'entre eux Carlo Broschi dit Farinelli.  Rappelons le beau film éponyme réalisé en 1994 par Gérard Corbiau avec Stefano Dionisi dans le rôle titre. Le succès du film avait remis au goût du jour les prouesses vocales du chanteur non sans difficulté car pour se rapprocher de sa tessiture et reconstituer cette voix magique, on avait fait appel à des techniques sophistiquées développées à l'IRCAM pour associer la voix d'un contre-ténor (Derek Lee Ragin) et d'une soprano colorature (Ewa Małas-Godlewska).

O reste et écoute venir ton bien-aimé,
Qui peut chanter à la fois haut et bas
Shakespeare, La Nuit des rois
 
L'anglais Alfred Deller (1912 --1979) a remis à l'honneur et aidé à populariser la voix de contre-ténor avec notamment "Music for a while" de la pièce "Oedipus" ou encore The Plaint "O, Let me weep !" de l'opéra baroque  the fairy queen", deux compositions de Henry Purcell (1659-1695).

 
 
D'autres concerts filmés ou audio de Philippe Jaroussky et Max Emanuel Cencic sont à savourer sur la Cité de la Musique pour les abonnés (inscription aux ressources de la Cité de la Musique).

 

 A emprunter ou réserver dans le catalogue de la Médiathèque départementale :

  OPAC Sélection de notices

 

images gratuites