Dans le catalogue

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide
Dans tout le site
Sur Gallica
Sur Europeana
Plus de critères
Recherche par thème
Aide
Vous êtes ici: Accueil Le Buzz des bibliothécaires Toutographies Parlez-moi d'humour Parlez-moi d'humour

Parlez-moi d'humour

AddThis Social Bookmark Button
Envoyer Imprimer

romanhumourL’humour dans la littérature représente un territoire bien vaste, c’est une affaire de goût, de style, de sensibilité, d’humeur…


Chacune trouvera dans cette sélection matière à rire et à sourire…

 

 

 

 

 

Le proverbe dit : " A ton deuxième naufrage, n'accuse pas la mer. " La sagesse populaire ne s'est pas aventurée jusqu'au troisième.

 

 

 

 

 


 

Un roman inédit de l'auteur qui a élevé l'humour anglais au rang des beaux-arts.

 

 

 

 

 

 


Un premier roman drôle et grinçant sur le troisième âge.

 

 

 

 

 

 


Une épopée cocasse et poétique, satire mordante de l’obsession contemporaine de la performance.

 

 

 

 

 


Des textes savoureux, grinçants d’un spectacle créé à Paris en 1986.

 

 

 

 

 


Humour décapant pour ce roman d’amour tendre et débridé devenu un classique du genre.

 

 

 

 

 

 


Un périple loufoque mené à un train d’enfer. L’occasion aussi d’une réflexion férocement drôle sur le suicide.

 

 

 

 

 


"Rire est le propre de l'homme", disait Rabelais et, pour nous faire rire, il invente Pantagruel, le fils de Gargantua.

 

 

 

 


Courtes scènes à deux dont la seule prétention est de faire rire sans bêtise.

 

 

 

 

 

 


Voici une lecture qui a de quoi mettre en colère !

Mais plutôt que de prendre le même cheminement négatif, imbu de soi, d'une certaine hauteur qui reste à prouver, j'avouerai simplement que je n'ai pu parcourir tout cet ouvrage d'autosuffisance, de sexisme, de sentiments de supériorité bien mal voilés, de mépris, voire de haine de l'autre dans un réquisitoire en forme de masturbation langagière dérisoire . Je n'irai pas par quatre chemins : je vous pardonne ces 186 pages.

Bernard Charlot et l’équipe de la médiathèque de Neuvy deux Clochers


 

"D’abord, je me réveille. Avant, bien sûr, je m’étais couchée mais je préfère raconter ça à la fin, sinon à force de remonter en arrière dans le temps je tomberai en pleine paléontologie. On les rencontre parfois, ces hommes préhistoriques, ils sont accroupis entre des ficelles tendues, ils creusent dans la boue. Nos mœurs ont bien changé. Je me réveille et Mâchefer me demande de quoi j’ai rêvé. Il veut savoir si j’ai rêvé de lui, en fait, mais comme je ne m’en souviens jamais j’invente. Les rêves aussi sont inventés, alors ça paraît vrai. J’aime bien mettre un crocodile pour que ça paraisse même terriblement vrai et ça fait plaisir à Mâchefer parce qu’il me sauve la vie à chaque fois. Je le roule dans la farine du moulin à paroles."

 


"Il est puni. Quand, à l'école, on lui a demandé ce qu'étaient les suicidés, il a répondu : 'Les habitants de la Suisse."

 

 

 

 


"Toi seule es responsable de ta vie, dit-il en souriant. Une responsabilité que j’aurais bien voulu prendre, d’était celle de lu en coller une ! Mais je n’étais qu’un chiot beagle, et lui non seulement un gros chien adulte, mais surtout ce foutu Bouddha. Si l’envie lui en prenait, il pouvait sûrement me changer en citerne, ou je ne sais quel foutu objet."

 

 

 

 


"Bientôt, continue-t-il en s’adressant à Belalcazar, tu vas kiffer ta race toi aussi et tu ne pourras plus dire que ton souhait le plus cher eût été que je kiffasse ma race avec toi car tu auras kiffé, tu kiffes même déjà, moi-même je kiffe en disant que tu kifferas, c’est trop kiffant comme verbe, kiffer."

 

 

 


"Les gens qui se rencontrent adorent évoquer leurs défauts et cherchent à se faire absoudre par anticipation. L'autre, déjà séduit, trouve ces aveux si charmants, si romanesques ! En général, les choses se gâtent peu de temps après."

 

 

 

 


"C'est marrant les cordonniers, ils arrêtent jamais de travailler, on dirait qu'ils aiment ça, et pour montrer qu'ils arrêtent jamais, ils se mettent dans une vitrine pour qu'on les admire. "

 


"Voyez-vous Gerald, lorsque les gens s’agenouillent devant vous, vous disposez d’une vue imprenable sur le sommet de leur crâne ; et sous cet angle, même les êtres les plus antipathiques finissent par avoir quelque chose de touchant, ne serait-ce qu’en raison d’une calvitie naissante ou d’une coupe de cheveux hasardeuse. On éprouve alors une sorte d’indulgence quasi maternelle à leur endroit."

 

 


— Et puis Orazio Rusotto est ubique.

— J'ai pas compris
— Ubique, ça veut dire qu'il peut se trouver en même temps à deux endroits différents. Quelqu'un dit, mettons, que tel soir il se trouvait à Messine ? Eh bien il y a cent personnes qui peuvent jurer que ce même soir Orazio se trouvait au contraire à Trapani. J'ai bien expliqué l'idée ?

 

 


Don d'ubiquité

"Ton cas n’a même pas été prévu par les manuels de psychologie. Si tu ne le fais pas pour toi, tu devrais au moins aller consulter le médecin de Lenny pour son bien à lui ! Une fois qu’il aurait décrit ton cas dans les journaux de psychiatrie, il serait certainement invité à Vienne pour en parler. Tu en ferais un homme célèbre, comme cette pauvre infirme –si je me trompe- a fait connaître Freud pour la première fois ! "

 

 


"Dans une ville où les trois quarts des hommes ont été licenciés au cours des neuf derniers mois, les affaires qui profitent du désespoir sont florissantes."

 

 

 

 

 


- Mais, p'pa, demandai-je, où voudrais-tu aller ? Nous sommes très confortables, ici.
- Confortables ! grommela père. Sottise ! Pour un peu tu vas me dire que nous sommes parfaitement adaptés à notre milieu. C'est ce qu'ils disent tous quand ils sont fatigués d'évoluer.

 

 

 

 

A vos réservations

Droits photo : StockSnap via Pixabay