Dans le catalogue

A partir d'ici, vous pouvez lancer directement une recherche dans le catalogue

Aide
Dans tout le site
Sur Gallica
Sur Europeana
Plus de critères
Recherche par thème
Aide
Vous êtes ici: Accueil Le Buzz des bibliothécaires A découvrir La batterie, un instrument à découvrir - Les batteurs rock

La batterie, un instrument à découvrir - Les batteurs rock

AddThis Social Bookmark Button
Envoyer Imprimer

 Quelques grands noms en batterie rock (avec l’aide, entre autre, du site de Marc de Douvan, un clic sur le nom du batteur vous donne la liste des CD disponibles à la réservation dans le catalogue de la médiathèque départementale)

 

- En Rock, Rock FM, Blues-rock, Pop, Disco :

 John Henry Bonham , dit Bonzo (Led Zeppelin) (1948-1980) est un des batteurs les plus renommés de l'histoire du rock par sa technique, sa puissance, son sens du groove et son influence. Il a signé le solo de batterie ultime (Moby Dick)

Terry Bozzio (Frank Zappa, Missing Persons, Jeff Beck, les frères Brecker, Tony Levin, John Petrucci et solo) (1950-) De formation classique, il s’est ensuite dirigé vers le rock tout en conservant un style très personnel et sophistiqué. Il a notamment joué la fameuse partition The Black Page, connue comme étant un cauchemar pour les musiciens.

Keith Moon (1946-1978) (The Who) Batteur exubérant et innovant au comportement excentrique et auto-destructeur, il gagne le surnom de « Moon the Loon » (Moon le Dingue).

Ringo Starr (Richard Starkey 1940-) (The Beatles) Même soi-disant le plus mauvais des Beatles, il reste un des plus premiers batteurs pop.

Charlie Watts (1941-) (The Rolling Stones) Jazzman de formation, le son du groupe lui doit beaucoup : efficacité et stoïcisme sont au rendez-vous.

Stewart Copeland (1952-) (Police) Intégrant le feeling reggae à son jeu, il a influencé toute la génération suivante.

Ginger Baker (1939-) (Cream) Virtuose à la technique irréprochable. Il est le premier à utiliser deux grosses caisses, et à ce titre tous les batteurs de métal actuel lui doivent quelque chose ! Il a aussi intégré des influences africaines à son jeu, qui est l’un des plus riches du rock.

Micheal Shrieve (1949-) (Santana) Batteur sur les 8 premiers albums du groupe, Il entre dans la légende du Rock and Roll à l'âge de 20 ans1 au Festival de Woodstock en 1969. Avec un solo de batterie de plus de 6 minutes sur la chanson Soul Sacrifice

Gregg Bissonette (1959-) (Toto, Joe Satriani, Steve Vai…) Il s'est fait connaître dans le big band "fusion" de Maynard Ferguson, au jeu très polyvalent (rock, jazz, funk, latin, reggae, metal, fusion, pop, etc.) et technique avant de faire un passage remarqué dans le légendaire groupe de rock progressif Toto et enregistré avec différents virtuoses de la guitare électrique.

Jeffrey Thomas Porcaro, dit « Jeff » (1954-1992) (Toto) Il est l'un des musiciens de studio les plus prisés de la scène musicale des années 70. Il décède, hélas, à 38 ans.

Marc Cerrone (1952-) Seul batteur français à avoir inventé un style à la batterie, le "disco", que la "techno" et la "dance" ont copiés et samplés allègrement. Un des grands noms du Disco.

 

- En Rock progressif :

 Carl Palmer (1951-) Batteur anglais issu de plusieurs groupes anglais (The Crazy World of Arthur Brown d’Arthur Brown, Atomic Rooster, Emerson, Lake & Palmer et Asia), il a également travaillé avec Mike Oldfield. Un des meilleurs en rock progressif.

Phil Collins (1951-) (Genesis puis carrière solo) Rock progressif et rock FM, la carrière du batteur chanteur est incontournable.

Bill Bruford (1949-) (Yes, King Crimson) De formation jazz, son style de jeu a toujours été caractérisé par une créativité peu commune chez les batteurs rock. Une technique au service du meilleur du rock progressif anglais.

- En Hard FM, Hard-Rock, Métal, Grunge, Punk rock

Phil Rudd (1954-) (AC/DC) Qui n’a pas tapé du pied sur les morceaux du groupe australien ? D’ailleurs, il ne perd jamais le Phil… J

Dave Lombardo (1965-) (Slayer) Peu de batteurs de métal ont réussi à allier à ce point violence pure, technicité, rapidité (trash metal oblige) et groove. Des roulements infernaux en gardant la double pédale en fond à écouter très fort !!!

Nicko McBrain (1952-) (Iron Maiden) Une rythmique heavy galopante reconnaissable entre toute, la signature des très grands.

Eric Moore (Suicidal Tendencies) Rare sont les batteurs issus du gospel jouant ensuite du punk-rock, en voici un, surnommé avec raison ;) « le batteur fou »

Danny Carey (1961-) (Tool, Green Jello, Pigmy Love Circus) un batteur très mystique, selon lui, le fait de jouer de la batterie serait comme une sorte de rituel occulte.

Neil Peart (1952-) (Rush) le meilleur batteur au monde suivant la FIBM est canadien. Le premier qui dit qu’il tape comme un bucheron est puni J

Dave Grohl (1969-) (Nirvana) un batteur puissant et technique qui imprime sa marque depuis les années 90 en accompagnant aussi les Queens Of The Stone Age, Nine Inch Nails, Tenacious D. On en oublierait presque qu’il est le chanteur et guitariste d’un des groupes de rock les plus énormes de l’univers, Foo Fighters.

Michael Stephen Portnoy alias Mike Portnoy (1967-) (Dream Theater) Batteur de métal progressif, il emploie un kit très imposant et spectaculaire.

Ian Peace (1948-) (Deep Purple) Formé en 1968 et toujours en activité, le groupe n’a connu qu’un seul frappeur : le grand Ian.

Jan Axel Blomberg aka Hellhamer (1969-) (Mayhem, Arcturus, ex-Antestor, ex-Shining, ex-The Kovenant, ex-Immortal, ex-Mysticum) Batteur norvégien de black métal réputé pour sa technique et pour sa rapidité exemplaire notamment à la double grosse caisse. Sa formation au départ était plutôt jazz.

Chris Adler (1975-) (Lamb of God, Megadeth, Jettison Charlie, Blotted Science, Testament, Protest The Hero, Nitro) ce qui se fait de mieux actuellement en batterie métal.

Joey Jordison, de son vrai nom Nathan Jonas Jordison (1975-) (Slipknot de 1995- à 2013, Scar The Martyr, Vimic, Sinsaenum) surnommé mangeur de cactus. Jeu rapide et habile